Effet psychologique de la chirurgie plastique sur l’image corporelle

Comme nous le savons, les différentes interventions chirurgicales en chirurgie plastique génèrent un certain nombre d’avantages pour toutes les personnes qui souhaitent changer l’apparence de leur corps. En effet, l’impact de la chirurgie plastique sur l’amélioration de l’estime de soi, de la confiance en soi et, bien sûr, de la sécurité personnelle est indéniable, contribuent considérablement au bien-être psychologique et émotionnel du patient.

De nos jours, les questionnements liés à l’importance de l’image corporelle, influencée par divers stéréotypes sociaux et culturels, la nature du vieillissement et les situations personnelles et affectives, ne sont pas à négliger. C’est pourquoi il est primordial de reconnaître le rôle fondamental de la chirurgie plastique dans la reconstruction de l’estime de soi basée sur la redéfinition du corps conformément aux canons culturels.

Nous en trouvons un exemple frappant chez les patients qui ont eu un cancer du sein, manifestant une atteinte considérable à leur image corporelle qui nuit considérablement à leur autosatisfaction et, en général, à la qualité de leurs relations interpersonnelles, performance professionnelle et équilibre émotionnel.

De même, il existe une tendance chez les patients concernant le choix des procédures pour la transformation de leur corps, parmi lesquels nous soulignons l’augmentation mammaire et la liposuccion au moyen de la technique Vaser avec lipofilling des fesses; dans la plupart des cas, les complexes aggravés liés à l’image personnelle sont pleinement résolus au bloc opératoire.

Des études récentes montrent que les personnes qui ont une haute estime de soi sont plus sûres d’elles-mêmes, montrant des performances exceptionnelles dans leur environnement professionnel, social et sentimental. Cela leur permet d’affronter avec plus de sécurité les différentes situations qui se sont présentées dans chacun de ces volets de la vie quotidienne. Pour cette raison, de nombreux spécialistes considèrent la chirurgie plastique comme une “chirurgie psychologique” car elle a un impact sur l’état émotionnel de chaque patient.

Toutefois, ce phénomène entraîne une contrepartie négative : l’addiction aux opérations. Certaines personnes qui surmontent la peur des retouches s’accrochent à la nécessité pathologique de répéter encore et encore chaque intervention chirurgicale possible, à la recherche du corps parfait. Derrière l’addiction à la chirurgie plastique, il y a un type d’anxiété qui mérite d’être soignée, en raison de ses effets négatifs sur la conscience du patient.

Il faut garder à l’esprit que le scalpel n’est souvent pas un remède contre la dépression et les divers troubles émotionnels; toutefois, il est vrai que l’amélioration de l’apparence physique nourrit et satisfait l’estime de soi, c’est donc peut-être dans cet équilibre difficile à cibler et à contourner que nous devons agir. Le concept de beauté est sujet à des changements éphémères, mais le devoir d’un bon chirurgien plastique est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des  patients en leur apportant une série de changements dans leur corps, qui constituent une amélioration notable sur le plan physique et psychologique.